Aller au contenu principal
Version: v20

Methods

Une méthode est essentiellement un morceau de code qui exécute une ou plusieurs action(s). Une méthode est composée d'instructions.

Une instruction exécute une action, et peut être simple ou complexe. Chaque instruction tient généralement sur une ligne dans la méthode (si nécessaire, elle peut toutefois être scindée à l'aide du caractère \).

La taille maximale d'une méthode est limitée à 2 Go de texte ou à 32 000 lignes de code.

Types de méthodes

Dans le langage 4D, il existe plusieurs catégories de méthodes. La catégorie dépend de la façon dont on peut les appeler :

TypeContexte d'appelAccepte des paramètresDescription
MéthodeÀ la demande, lorsque le nom de la méthode projet est appelé (voir Appel de méthodes de projet)OuiPeut contenir du code pour exécuter des actions personnalisées. Une fois que votre méthode projet est créée, elle devient partie intégrante du langage du projet.
Méthode objet (widget)Automatique, lorsqu'un événement implique l'objet auquel la méthode est associéeNonPropriété d'un objet formulaire (également appelé widget)
Méthode formulaireAutomatique, lorsqu'un événement implique le formulaire auquel la méthode est associéeNonPropriété d'un formulaire. Vous pouvez utiliser une méthode formulaire pour gérer les données et les objets, mais il est généralement plus simple et plus efficace d'utiliser une méthode objet dans ces cas de figure.
Trigger (ou méthode table)Automatique, chaque fois que vous manipulez les enregistrements d'une table (Ajouter, Supprimer, Modifier)NonPropriété d'une table. Les triggers sont des méthodes qui permettent d'éviter les opérations "illégales" sur les enregistrements de votre base de données.
Méthode baseAutomatique, lorsqu'un événement se produit sur la session de travailOui (prédéfini)Il existe 16 méthodes base dans 4D.
ClasseLes fonctions de classes sont appelées dans le contexte d'une instance d'objetouiLes fonctions de classes peuvent être intégrées au langage 4D (par exemple collection.orderBy() ou entity.save()), ou créées par le développeur 4D. Voir Classes

Méthodes projet

Une méthode projet peut tenir les rôles suivants, en fonction de la manière dont elle est exécutée et utilisée :

  • Sous-routine
  • Objet formule
  • Méthode de menu
  • Méthode de gestion de process
  • Méthode de gestion d’événements et d'erreurs

Vous pouvez également exécuter les méthodes projet manuellement, à des fins de test par exemple.

Sous-routines

Une sous-routine est une méthode projet qui peut être considérée comme une méthode asservie. D’autres méthodes lui demandent d’effectuer des tâches. Une sous-routine qui retourne une valeur est appelée une fonction.

Lorsque vous créez une méthode projet, elle devient partie intégrante du langage du projet dans lequel elle a été créée. Vous pouvez alors l'appeler à partir d'autres méthodes (méthode projet, méthode objet, etc.) de la même manière que vous appelez les commandes intégrées de 4D. Une méthode projet utilisée de cette manière est appelée une sous-routine.

L'utilisation de sous-routines procure les avantages suivants :

  • Réduction du code répétitif,
  • Clarification des méthodes,
  • Modification plus facile des méthodes,
  • Création de code modulaire

Imaginons par exemple que vous travaillez sur un projet de clients. A mesure que vous construisez le projet, vous vous apercevez que vous répétez souvent certaines tâches, telles que la recherche d’un client et la modification de son enregistrement. Le code nécessaire à l’accomplissement de cette opération pourrait être :

  // Recherche d'un client
QUERY BY EXAMPLE([Clients])
// Sélection du formulaire entrée
FORM SET INPUT([Clients];"Saisie de données")
// Modification de l'enregistrement du client
MODIFY RECORD([Clients])

Si vous n’utilisez pas de sous-routines, vous devrez écrire ce code à chaque fois que vous voudrez modifier l’enregistrement d’un client. Si cette opération est réalisée dans dix endroits différents de votre projet, vous devrez la réécrire dix fois. Grâce aux sous-routines, vous ne l’écrirez qu’une seule fois en tout. C’est le premier avantage des sous-routines : réduire la quantité de code à écrire.

Si le code ci-dessus était une méthode projet appelée MODIFY_CUSTOMER, vous l’exécuteriez simplement en inscrivant son nom dans une autre méthode. Par exemple, pour modifier l’enregistrement d’un client puis l’imprimer, vous n’auriez qu’à écrire :

 MODIFY_CUSTOMER
PRINT SELECTION([Customers])

Cette possibilité simplifie énormément vos méthodes. Dans l’exemple ci-dessus, il n’est pas nécessaire de savoir comment fonctionne la méthode MODIFY_CUSTOMER, mais uniquement ce qu’elle fait. C’est le deuxième avantage que vous pouvez tirer de l’utilisation de sous-routines : la clarification de votre code. Ainsi, ces méthodes deviennent en quelque sorte des extensions du langage de 4D.

Si vous devez modifier votre mode de recherche des clients, comme dans notre exemple, il vous suffit de modifier une seule méthode, et non dix. C’est un autre avantage des sous-routines : faciliter les modifications de votre code.

Avec les sous-routines, vous rendez votre code modulaire. Cela signifie simplement que vous dissociez votre code en modules (sous-routines), chacun d’entre eux effectuant une tâche logique. Examinez le code suivant, tiré d’un projet de gestion de compte courant :

 FIND_CLEARED _CHECKS // Rechercher les chèques émis
RECONCILE_ACCOUNT // Rapprocher le compte
PRINT_CHECK_BOOK_REPORT // Imprimer un relevé

Même pour quelqu’un qui ne connaît pas le projet, le code est clair. Il n’est pas nécessaire d’examiner chaque sous-routine. Elles peuvent contenir de nombreuses lignes d’instructions et effectuer des opérations complexes, mais l’important est ce qu’elles font. Nous vous conseillons de découper votre code en tâches logiques, ou modules, à chaque fois que c’est possible.

Objet formule

Vous pouvez encapsuler vos méthodes projets dans les objets formule et les appeler à partir de vos objets.

Les commandes Formula ou Formula from string vous permettent de créer des objets formule natifs que vous pouvez encapsuler dans des propriétés d'objets. Vous pouvez ainsi implémenter des méthodes d'objets personnalisées.

Pour exécuter une méthode stockée dans une propriété d'objet, utilisez l'opérateur () après le nom de la propriété. Par exemple :

//myAlert
ALERT("Hello world!")

myAlert peut ensuite être encapsulé dans n'importe quel objet et peut être appelé :

var $o : Object
$o:=New object("custom_Alert";Formula(myAlert))
$o.custom_Alert() //affiche "Hello world!"

La syntaxe avec des crochets est également prise en charge :

$o["custom_Alert"]() //affiche "Hello world!"

Vous pouvez appeler votre formule en lui passant des paramètres $1, $2, etc., tout comme pour les méthodes projet de 4D :

//méthode fullName
C_TEXT($0;$1;$2)
$0:=$1+" "+$2

Vous pouvez encapsuler fullName dans un objet :

var $o : Object
$o:=New object("full_name";Formula(fullName))
$result:=$o.full_name("John";"Smith")
//$result = "John Smith"
//équivalent à $result:=fullName("param1";"param2")

Lorsqu'elles sont associées à la fonction This, ces méthodes objets vous permettent d'écrire du code générique très puissant. Par exemple :

//méthode fullName2 
C_TEXT($0)
$0:=This.firstName+" "+This.lastName

La méthode agit ensuite comme un nouvel attribut calculé qui peut être ajoutée aux autres attributs :

var $o : Object
$o:=New object("firstName";"Jim";"lastName";"Wesson")
$o.fullName:=Formula(fullName2) //ajout de la méthode

$result:=$o.fullName()
//$result = "Jim Wesson"

Notez que, même si elle n'a pas de paramètres, une méthode objet à exécuter doit être appelée avec les parenthèses (). Appeler uniquement la propriété retournera une nouvelle référence à la formule (elle ne sera pas exécutée) :

$o:=$f.message //retourne l'objet formule en $o

Méthodes de menu

Une méthode de menu est appelée lorsque la commande de menu personnalisé à laquelle elle est associée est sélectionnée. Vous assignez la méthode à la commande de menu dans l’éditeur de menus de 4D. Lorsque l’utilisateur sélectionne la commande de menu, la méthode est exécutée. En créant des menus personnalisés qui appellent des méthodes de menu qui exécutent des actions spécifiques, vous créez des interfaces personnalisées pour vos applications de bureau.

Les commandes de menus personnalisés peuvent déclencher une ou plusieurs actions. Par exemple, une commande de menu de saisie d’enregistrements peut appeler une méthode effectuant deux actions : afficher le formulaire entrée approprié et appeler la commande AJOUTER ENREGISTREMENT jusqu’à ce que l’utilisateur annule la saisie de nouveaux enregistrements.

L’automatisation de séquences d’actions est une possibilité très puissante du langage de programmation de 4D. A l’aide des menus personnalisés, vous pouvez automatiser des séquences de tâches, vous permettez aux utilisateurs de naviguer plus facilement dans votre application.

Méthodes de gestion de process

Une méthode projet est une méthode projet appelée lorsqu’un process est démarré. Le process existera tant que la méthode sera en cours d'exécution. A noter qu'une méthode de menu associée à une commande de menu pour laquelle la propriété Démarrer un nouveau process est sélectionnée, est aussi la méthode de gestion de process pour le process créé.

Méthodes de gestion d’événements et d'erreurs

Une méthode de gestion d’événements est une méthode dédiée à la gestion des événements, qui s'exécute dans un process différent de celui de la méthode de gestion des process. Généralement, pour la gestion des événements, vous pouvez laisser 4D faire le gros du travail. Par exemple, lors de la saisie de données, 4D détecte les clics souris et les touches enfoncées, puis appelle les méthodes objet et formulaire correspondantes, vous permettant ainsi de prévoir dans ces méthodes les traitements appropriés aux événements. Pour plus d'informations, reportez-vous à la description de la commande APPELER SUR EVENEMENT.

Une méthode de gestion d’erreurs est une méthode projet d'interruption. Elle est appelée à chaque fois qu'une erreur ou une exception se produit. Pour plus d'informations, consultez la section Gestion des erreurs.

Execution mode

Les méthodes projet écrites dans votre application sont généralement appelées automatiquement lors de l'utilisation de l'application par des commandes de menu, des boutons, d'autres méthodes, etc. Quant aux méthodes base, elles sont exécutées en fonction d'événements spécifiques qui se produisent dans l'application.

Toutefois, à des fins de test et de débogage, 4D vous permet d'exécuter manuellement des méthodes projet et certaines méthodes base en mode Développement. Dans ce cas, il est possible d'exécuter la méthode dans un nouveau process et/ou directement en mode Debug, afin de vérifier son exécution pas à pas.

Vous pouvez exécuter les méthodes de deux manières :

  • Dans la fenêtre de l'éditeur de code,
  • Dans la boîte de dialogue Exécuter la méthode (méthodes projet).

Depuis l'éditeur de code

Chaque fenêtre de l'éditeur de code dispose d'un bouton qui peut être utilisé pour exécuter la méthode en cours. A l'aide du menu associé à ce bouton, vous pouvez choisir le type d'exécution souhaité.

Ce bouton est uniquement actif pour les méthodes projet et pour les méthodes base suivantes :

  • On Startup
  • On Exit
  • On Server Startup
  • On Server Shutdown

Pour plus d'informations, voir Barre d'outils.

Dans la boîte de dialogue Exécuter la méthode

Lorsque vous sélectionnez la commande Méthode... du menu Exécution, la boîte de dialogue Méthode s'affiche.

Cette boîte de dialogue répertorie toutes les méthodes projet de la base, y compris les méthodes projet partagées des composants. En revanche, les méthodes projet qui ont été déclarées invisibles n'apparaîtront pas.

Pour exécuter une méthode de projet, il suffit de sélectionner son nom dans la liste et de cliquer sur Exécuter. Pour exécuter une méthode étape par étape en mode Debug, cliquez sur Debug. Pour plus d'informations sur le débogueur 4D, reportez-vous à la section Debugging .

Si vous cochez la case Nouveau Process , la méthode que vous avez sélectionnée s'exécute dans un autre process. Si la méthode effectue une tâche qui prend du temps, comme l'impression d'un grand nombre d'enregistrements, vous pouvez continuer à travailler avec votre base, en ajoutant des enregistrements à une table, en créant un graphe pour afficher les données, etc. Pour plus d'informations sur les process, reportez-vous à la section Processes dans le manuel de référence du langage 4D.

Notes 4D Server:

  • Si vous souhaitez que la méthode soit exécutée sur la machine serveur plutôt que sur la machine cliente, sélectionnez l'option Sur 4D Server dans le menu Exécuter : Dans ce cas, un nouveau process, appelé procédure stockée, est créé sur la machine serveur afin d'exécuter la méthode. Cette option peut être utilisée pour réduire le trafic réseau et optimiser le fonctionnement de 4D Server, en particulier pour les méthodes qui appellent des données stockées sur le disque. Tous les types de méthodes peuvent être exécutés sur la machine serveur ou sur une autre machine cliente, à l'exception de celles qui modifient l'interface utilisateur. Dans ce cas, les procédures stockées sont inefficaces.
  • Vous pouvez également choisir d'exécuter la méthode sur un autre poste client. Les autres postes de travail clients n'apparaîtront pas dans le menu, à moins qu'ils n'aient été préalablement "enregistrés" (pour plus d'informations, reportez-vous à la description de la commande REGISTER CLIENT.

Par défaut, l'option En local est sélectionnée. Avec la version mono-utilisateur de 4D, c'est la seule option disponible.

Méthode projet récursives

Des méthodes projet peuvent s'appeler les unes les autres. Par exemple :

  • Une méthode A peut appeler une méthode B, qui appelle A, donc A appelle B de nouveau, etc.
  • Une méthode peut s'appeler elle-même.

Cela s'appelle la récursivité. Le langage de 4D supporte pleinement la récursivité.

Examinons l'exemple suivant : Supposons que vous disposiez d'une table [Friends and Relatives] composée de cet ensemble de champs extrêmement simplifié :

  • [Amis et parents]Nom
  • [Amis et parents]Enfant'Nom

Pour cet exemple, nous supposons que les valeurs des champs sont uniques (il n'existe pas deux personnes avec le même nom). A partir d'un nom, vous voulez écrire la phrase “Un de mes amis, Pierre, qui est le rejeton de Paul qui est le rejeton de Martine qui est le rejeton de Robert qui est le rejeton de Gertrude, fait cela pour gagner sa vie !” :

  1. Vous pouvez procéder de la manière suivante :
 $vsName:=Request("Saisissez le nom :";"John")
Si(OK=1)
QUERY([Amis et parents];[Amis et parents]Nom=$vsNom)
If(Records in selection([Amis et parents])>0)
$vtHistoireComplète:="Un de mes amis, "+$vsName
Repeat
QUERY([Amis et parents];[Amis et parents]Enfant'Nom=$vsName)
$vlResultRecherche:=Records in selection([Amis et parents])
If($vlResultRecherche>0)
$vtHistoireComplète:=$vtHistoireComplète+" qui est le rejeton de "+[Amis et parents]Nom
$vsName:=[Amis et parents]Nom
End if
Until($vlResultRecherche=0)
$vtHistoireComplète:=$vtHistoireComplète+", fait cela pour gagner sa vie !"
ALERT($vtHistoireComplète)
End if
End if
  1. Vous pouvez également procéder ainsi :
 $vsName:=Request("Saisissez le nom :";"John")
If(OK=1)
QUERY([Amis et parents];[Amis et parents]Nom=$vsName)
If(Records in selection([Amis et parents])>0)
ALERT("Un de mes amis, "+Généalogie de($vsName)+", fait cela pour gagner sa vie !")
End if
End if

en utilisant la fonction récursive Généalogie de suivante :

  // Méthode projet Généalogie de
// Généalogie de ( Chaîne ) -> Texte
// Généalogie de ( Nom ) -> Partie de la phrase

$0:=$1
QUERY([Amis et parents];[Amis et parents]Enfant'Nom=$1)
If(Enregistrements trouves([Amis et parents])>0)
$0:=$0+" qui est le rejeton de "+Généalogie de([Amis et parents]Nom)
End if

Vous notez que la méthode Généalogie de s'appelle elle-même.

La première manière de procéder utilise un algorithme itératif. La seconde manière utilise un algorithme récursif.

Lorsque vous implémentez du code pour traiter des cas comme celui décrit ci-dessus, vous aurez toujours le choix entre écrire des méthodes utilisant des algorithmes itératifs ou récursifs. Typiquement, la récursivité fournit un code plus concis, plus facile à lire et à maintenir, mais elle est facultative.

Dans 4D, la récursivité est typiquement utilisée pour :

  • Traiter les enregistrements de tables liées les unes aux autres de la même manière que décrit dans l'exemple ci-dessus.
  • Naviguer parmi les documents et les dossiers de votre disque à l'aide des commandes LISTE DES DOSSIERS et LISTE DES DOCUMENTS. Un dossier peut contenir des dossiers et des documents, les sous-dossiers peuvent eux-mêmes contenir des dossiers et des documents, etc.

Important : Les appels récursifs doivent toujours se terminer à un moment donné. Dans l'exemple ci-dessus, la méthode Généalogie de cesse de s'appeler elle-même lorsque la recherche ne trouve plus d'enregistrement. Sans ce test conditionnel, la méthode s'appellerait indéfiniment et 4D pourrait au bout d'un certain temps retourner l'erreur “La pile est pleine” car le programme n'aurait plus assez de place pour "empiler" les appels (ainsi que les paramètres et les variables locales utilisés dans la méthode).